« Hôtel Bohême »: le RDV mode éthique du Week-end!

Difficile de trouver des vêtements et accessoires éthiques et mode à la fois. Heureusement, quelques évènements de mode éthique existent qui nous permettent de trouver la perle rare! A Paris, à l’« Hôtel Bohême », vous trouverez 1fois tous les 3 mois un marché éphémère de mode éthique. Une selection pointue de créateurs y proposent leurs pièces… Presque une exclue!


Les rencontres créatives et éthiques de l’Hôtel Bohême

Depuis presque 10 ans maintenant, vous pouvez retrouver la sélection de créateurs éthiques toutes catégories: mode, accessoire, enfant, bijoux… de « l’Hotêl Bohême ». D’abord itinérante, cette exposition-vente, qui regroupe 30 à 50 créateurs selon les cessions, est aujourd’hui sédentarisée au 6 rue Beauregard 4 fois dans l’année. Un évènement pour toutes les bourses, et un cadre qui vaut le détour.

Les 10 et 11 mars 2012

Le prochain évènement aura lieu les 10 et 11 mars 2012: n’hésitez pas! Cette vente est une bonne occasion de ne pas passer par le net pour vous offrir de la mode éthique. Et une bonne occasion aussi d’être à la page côté tendance!

Informations pratiques

Jours: Samedi 10 et dimanche 11 Mars- de 12h à 20h.
Lieu: Hôtel Bohême – 6 Rue Beauregard – 75002 Paris
Pour y aller: M° Bonne Nouvelle (sortie « Grand Rex », prenez la rue Poissonnière puis 2ème rue à gauche)
M° Sentier (sortie « Rue des petits Carreaux », remontez la rue des Petits Carreaux puis 4ème rue à droite)

Pour en savoir plus sur l’évènement, découvrir quelques créateurs, rendez-vous sur le site de l’Hôtel Bohême ».



Archive de l'auteur

Fruits et légumes de saison: Mars!

Manger de saison, ce n’est pas toujours évident! Pour vous aider, je vous ouvre donc chaque mois la porte de mon mirifique frigo… Rempli de ces produits de saison bio que j’aime tant. Ils n’y sont pas tous bien sûr, juste ma petite sélection, pour donner quelques idées!

Le retour des fruits et légumes de saison, gelés le mois dernier, se fait très doucement! Toujours pas de tubercules comme les oka ou les capucines. La couleur et la variété demeurent malgré tout. Vive les vitelottes et les navets boule d’or, les carottes rondes et les chicorées « pain de sucre » en récolte hâtée!

Sélection maraîchère de février pour 3 personnes :

Les légumes

Fruits et Légumes de saison

Fruits et légumes de mars © Claudin-Mabire Auriella

  • Vitelotte : 1 kg. Excellentes au four, en mélange avec d’autres pommes de terre, avec du persil et des oignons.
  • Pommes de terre, var. Cherry; 500 g. En jardinière de légumes, mais surtout au four, cuites avec de l’huile d’olive et du gros sel de mer. Elles peuvent être ensuite agrémentées de crème fraîche de chèvre par exemple!
  • Carottes « grelots », var. Hâtive de Paris (?): 5. En crudité.
  • Oignons paille: 3 pièces en accompagnement pour les soupes et poêlées de légumes.
  • Navets: 400 g. Ils trouvent naturellement leur place dans des plats au four, dans des soupes ou des pots-au-feu.
  • Navets: 400 g. En fondue, accompagnés de Saint-Jacques, ils sont délicieux. Cultivés toute l’année, en raison des diverses variétés développées, les poireaux n’en sont pas moins des légumes fabuleusement résistants au froid de l’hiver.
  • Chou blanc: 1 moitié pour les salades!
  • Cèleri rave: 1 moitié. En purée et gratins.
  • Citrouille: 1/8, en soupe.
  • Salade Mâche: 300 g. Avec un peu de vinaigre balsamique et d’huile de pépins de courge
  • Chicorée « Pain de sucre »: 3. Compter 1 petite salade, aussi appelée « sucrine », chacun. Agrémentez avec du vinaigre de framboise et une touche de miel, car contrairement à leur nom, et sans être amères, elles ne sont pas très sucrées!
  • Radis noir: 2. Encore un merveilleux légume d’hiver, excellent pour le foie, qu’il soutient et aide à détoxifier. Pensez à les choisir bien fermes, la peau non ridée. Je les trouve excellents marinés dans du vinaigre à la japonaise.

  • Herbes et condiments:

  • Ail rose: 1 tête
  • Persil frisé: 1 botte.
  • De saison? Mais donné par mon poissonnier, je ne pouvais pas refuser!


    Les fruits

  • Pomelos: 4.offerts
  • Pommes var. Clocharde: 3. Si le nom de la variété m’a semblé étrange, son goût lui est délicieux.
  • Poire var. Passecrassannes: 4. Juteuses et délicieuses.
  • Noisettes: 500 g, trouvées en magasin bio.
  • Amandons d’abricots: 500 g, trouvées en magasin bio.
  • Raisins secs Thompson: pour les petites faims, trouvées en magasins bio.

  • BIENTOT: UN TABLEAU PDF POUR UNE VUE D’ENSEMBLE DES PRODUITS DE SAISON !


    Atelier d’aromathérapie goethéenne: au pied des conifères!

    Chaque famille botanique possède certaines spécificités curatives. Par l’intermédiaire des huiles -essences- essentielles, la nature, généreuse, nous invite à les appréhender, à les faire nôtres pour ainsi, y faire appel en cas de besoin. C’est ce processus de connaissance intégrée, par l’approche olfactive, que nous avons la possibilité de découvrir ou d’approfondir lors des ateliers d’aromathérapie goethéenne développés par Agnès Addey. Ce mois-ci: partons à la découverte des conifères!


    Ouvert à tous
    Samedi 24 Mars 2012

    Au pied des Conifères

    Agnès Addey, olfactothérapeutePrenons le temps d’une respiration et entrons dans le royaume ancestral des conifères : élan vertical, soutien de la force vitale, lien à la lumière aussi. Ils nous parlent du principe masculin en chacun de nous, de notre assise, de notre structure, de notre capacité d’indépendance et de liberté. Pour les découvrir, Cèdre Atlas, Epinette noire, Cyprès vert, Mélèze, Pin sylvestre et Pruche seront nos guides via l’olfaction de leurs huiles essentielles.

    En effet, l’approche sensible, inspirée de la méthode de Goethe propose une découverte de l’huile essentielle impliquant le sens olfactif. Elle privilégie une rencontre directe avec « l’essence » de la plante par le biais de l’olfaction, du ressenti, et le développement de notre perception.

    Lors d’une olfaction attentive, nous recueillons des observations fines, les effets thérapeutiques de l’huile essentielle se dévoilent et nous contactons une connaissance intuitive de « l’être » de la plante.

    Et c’est seulement ensuite, en complément de nos propres remarques et ressentis, que nous nous appuyons sur l’analyse biochimique pour décrire les propriétés de chaque huile essentielle.

    Informations pratiques sur la rencontre

    Cet atelier est animé par Agnès Addey, olfactothérapeute, formée à l’aromathérapie goethéenne.
    Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent s’initier à l’aromathérapie goethéene et à la rencontre olfactive des huiles essentielles.
    Jour: Samedi 24 Mars 2012 de 13h à 18h30
    Lieu : métro Nation
    Participation : 55 €.

    Les prochains ateliers auront lieu les: 14 avril et 12 mai 2012!
    Pour confirmer votre présence et pour toutes informations complémentaires (adresse) : agnes.addey@gmail.com

    Cystite, infections urinaires, quels remèdes naturels?

    Cystite, infection urinaires: le réflex du doc’, ce sont les antibiotiques. Certes très utiles quand nécessaires, ils s’avèrent parfois impuissants à traiter les terrains résistants sur la durée. Peux-t-on alors envisager des remèdes naturels? Canneberge(cranberry), bruyère ou busserole sont-elles efficaces?

    Vous l’ignorez peut-être, mais des millions de femmes souffrent de cystites ou d’infections urinaires. Cette maladie touche en effet 1 femmes sur 5 environ au moins une fois dans sa vie! Les solutions apportées par la médecine conventionnelle, les antibiotiques, s’avèrent parfois inefficaces ou tout simplement inadaptés à la longue. Peut-on donc envisager les remèdes naturels? Canneberge (cranberry), busserole et bruyères sont-ils vraiment efficaces? Dans quels cas? Qu’en-est-il de l’équilibre acido-basique?

    Infections urinaires: mêmes symptômes, causes multiples!

    Pour traiter les infections urinaires naturellement, il est nécessaire de bien reconnaître le mal caché derrière le symptôme. Si les symptômes: brûlure, envie fréquente d’uriner, voire sang dans les urines, sont identifiables facilement, leurs causes sont parfois diverses: infections bactériennes par E.coli (80-85%), Klebsiella et proteus mirabillis, ou staphylocoques saprophytes (5-10%), réaction aux radiothérapie et chimiothérapie, altération de la membrane interne de la vessie (cystite intersitielle), extension de mycoses vaginales, etc.
    Hors les plantes médicinales recommandées pour traiter les infections urinaires ne s’attaquent pas toujours à l’ensemble de ces problèmes!

    Des examens en cas de doutes et pour être sûr!

    Bien sûr, l’expérience nous permet parfois d’avoir un avis diagnostic mais…
    En cas de doute, d’inquiétudes, il n’y a guère qu’un seul recours sûr: le doc’, l’ECBU, l’examen d’urine pratiqué en laboratoire, voire plus. Pour nous aussi, les accros de la phyto, ces examens sont utiles : pour choisir le bon remède naturel, il faut connaître le vrai problème.
    Voici quelques conseils dans le cas d’infections par E.Coli et de cystites interstitielles.

    Cranberry

    Cranberry © Flickr/Green Massachusetts

    Cranberry… vraiment efficace?

    Certains docteurs préconisent maintenant la cranberry ou canneberge (vaccinium macrocarpon) à leurs patients en adjuvants ou en prévention. La canneberge est en effet considérée comme le remède naturel phare contre la cystite.
    Encore faut-il être précis: la canneberge ne prévient et ne traite (dans les cas non compliqués) qu’un seul type d’infection urinaire: les infections urinaires par les E.Coli. La canneberge, comme la myrtille (vaccinium myrtillus), a la propriété d’empêcher l’adhésion des bactéries E.Coli sur les parois de l’appareil urinaire. Cette propriété est due à la proanthocyanidine de type A qu’elle contient. Elle empêche ainsi le développement de l’inflammation, et favorise l’évacuation des bactéries.

    Ma recette naturelle: Boire un verre de pur jus de canneberge bio 2 fois par jour minimum, matin et soir, ou boire tout au long de la journée 1 litre de jus de canneberge bio dilué à 20% dans de l’eau de source. Commencer dès les premiers signes de l’inflammation!
    En prévention des infections par E.Coli, buvez aussi régulièrement, hors crises, du jus de canneberge.

    Contre-indications: si vous ressentez la gêne de la cystite malgré la prise de canneberge, c’est probablement que l’origine de l’infection est autre que E.Coli. Votre cystite est peut-être interstitielle. Dans ce cas-là, la canneberge risque de ne faire qu’empirer le problème. Le jus de canneberge va acidifer l’organisme, quand il aurait besoin d’être basifié!
    La canneberge ne doit pas être pris en même temps que des anticoagulants.

    Bruyère

    Bruyère © Flickr/rore

    La Bruyère: mon désinfectant urinaire

    Les bruyères Callune, (calluna vulgaris) ou cendrée, (erica cineara) sont un excellent remède contre les infections urinaires bactériennes. Elles poussent partout en France sur les sols acides, les landes. Elles ont donc le mérite d’être un traitement local.
    Côté principes actifs: les bruyères contiennent entre autres substances un désinfectant naturel des voies urinaires: l’éricodine qui permet de lutter contre les germes. Elles renferment des tanins et flavonoïdes à l’effet anti-inflammatoire qui apaisent les douleurs liées à l’infection. Enfin, elles possèdent une action diurétique, ce qui aide la vessie à se débarrasser des germes infectieux.

    Ma recette naturelle: dès les premiers signes de l’inflammation, faites une décoction de 1 cuillères à soupe de sommités fleuries de bruyère dans une tasse et demi d’eau dès les premiers signes d’irritation de la vessie ou d’infection. Faites bouillir 3 minutes et infuser 10 minutes supplémentaires. Répéter 3 fois par jour jusqu’à disparition des symptômes.
    Contre-indications: non indiquée pour les personnes souffrant d’insuffisances rénales.

    Busserole

    Arctostaphylos uva-ursi © Flickr/pellaea

    La busserole également efficace?

    La busserole (Arctostaphylos uva-ursi ), autre remède local de la même famille que certaines bruyères (erica), semble aussi efficace contre les infections urinaires bactériennes. Elle contient, comme les bruyères mais en plus grande quantité, de l’arbutoside ou arbutine. L’arbutoside est transformée par l’organisme en hydroquinone dans le cas d’infections en milieu alcalin. L’hydroquinone est un bon désinfectant des voies urinaires. Elle peut venir à bout d’une grande variété de germes, y compris les E.Coli. (Certains témoignages pourraient laisser à penser qu’elle est aussi efficace contre Klebsiella mais cette information reste à fortement vérifier.) Tanins, picéoside et acides phénols possèdent aussi un effet antibactérien qui agit en synergie.

    Ma recette naturelle: dès les premiers signes de l’inflammation, 15 à 20 gouttes de teinture-mère de busserole dans un verre d’eau plutôt alcaline (PH supérieur à 7), 2 à 3 fois par jour jusqu’à disparition totale des symptômes. Pas plus de trois semaines d’affilées.
    Contre-indications: les enfants de moins de 12 ans, les femmes enceintes et allaitantes (principe de précaution), les personnes souffrant d’insuffisances rénales (comme pour tous diurétiques!) ne doivent pas en consommer sans avis médical.

    PH et infection urinaire: attention à ne pas empirer le mal!

    Le PH de l’urine est un facteur important dans les infections urinaires. Dans le cas des infections urinaires bactériennes, l’acidification des urines aura un effet positif, car les germes n’apprécient pas l’acidité. Dans le cas de cystites non bactériennes – cystites interstitielles en particulier, c’est le contraire: l’acidité de l’urine pourra empirer la situation en s’infiltrant là ou la muqueuse protectrice de la vessie est affaiblie et entraîner les douleurs. Il s’agira donc de basifier l’urine. Elles sera ainsi moins agressives contre les muqueuses abîmées.

    L’alimentation va jouer ici un rôle déterminant: en fonction de votre problème urinaire, il s’agira de consommer les aliments adéquats, soit acidifiant, soit alcalinisant ou basifiant comme la banane. Cette consommation peut atténuer les douleurs: à ne pas sous-estimer!

    Mon conseil: ne vous fiez pas à l’acidité présente ou absente dans les aliments pour déterminer le PH réel d’un produit. Le goût n’est pas ici un bon vecteur d’information puisque par exemple, le citron, acide, est un basifiant.

    Toutes les recettes maisons de ce blog, et toutes les informations présentées, le sont à titre indicatif. Elles ne remplacent en aucun cas les consultations des spécialistes en aromathérapie, docteurs, et pharmaciens. Ce blog décline toute responsabilité quant à l’usage qu’il serait fait de l’information donnée.

    Fruits et légumes de saison: Février!

    Manger de saison, ce n’est pas toujours évident! Pour vous aider, je vous ouvre donc chaque mois la porte de mon mirifique frigo… Rempli de ces produits de saison bio que j’aime tant. Ils n’y sont pas tous bien sûr, juste ma petite sélection, pour donner quelques idées!

    Les fruits et légumes de saison ont gelé! Seuls les primeurs dont les légumes avaient fait le tour du monde affichaient des étals de même allure qu’à l’accoutumée ce matin sur le marché. Les autres proposaient moins de variétés. Quelques légumes étaient même pris dans les glaces. Cela ne m’a pas empêché pourtant de faire quelques trouvailles…

    Sélection maraîchère de février pour 3 personnes :

    Les légumes

    Légumes de saison: février

    Légumes de février © Claudin-Mabire Auriella

  • Carottes jaunes (magnifiques!): 7. Je les cuisinerai à la poêle, avec des pommes de terres et des oignons. A noter: en plus d’être originales, ces carottes ont une durée de conservation impressionnante. Plus d’1 mois sans bouger d’un poil au frigo!
  • Carottes « grelots », var. Hâtive de Paris (?): 5. En crudité.
  • Vitelotte : 600 g. Excellentes au four avec du persil des oignons et de l’ail.
  • Pommes de terre, var. Charlotte; 1 kg. Je les utilises diversement: en soupe, en jardinière de légumes, mais surtout au four, cuites avec de l’huile d’olive et du gros sel de mer. Elles peuvent être ensuite agrémentées de crème fraîche de chèvre par exemple!
  • Oignons rouges de Brunswick: 3 pièces en accompagnement pour les salades, soupes et poêlées de légumes.
  • Navets Boule d’or: 400 g. Les navets boule d’or ont un goût très fin. Ils trouvent naturellement leur place dans des plats au four, ou en fricassées.
  • Chou frisé: 1 petit. Pour les soupes (… et pour les yeux: les choux frisés sont très riches en lutéine.)
  • Chou rouge: 1 quart. Pour les salades et la couleur.
  • Cèleri rave: 2 petits morceaux. En purée et gratins.
  • Potimarron: 1 pièce, en soupe.
  • Salade Mâche: 300 g. Avec un peu de vinaigre balsamique et d’huile de pépins de courge
  • Epinards fraîches: 600 g. Délicieuses avec de la crème fraîche.

  • Herbes et condiments:

  • Ail rose: 1 tête
  • Persil frisé: 1 botte
  • . De saison? Mais donné par mon poissonnier, je ne pouvais pas refuser!


    Les fruits

  • Pommes var. Red Winter: 4. Toutes petites et très rouges, elles ont une chair sucrée et ferme.
  • Pommes var. Clocharde: 3. Si le nom de la variété m’a semblé étrange, son goût lui est délicieux.
  • Pommes var. Pink lady: 3
  • . Ma préférée, idéales pour préparer des pommes d’amour!

  • Poire crassanne: 4. Juteuses et délicieuses.
  • Noix: 500 g, trouvées en magasin bio.
  • Raisins secs Sultanines: 4. En compotes!

  • BIENTOT: UN TABLEAU PDF POUR UNE VUE D’ENSEMBLE DES PRODUITS DE SAISON !


    Aromathérapie Goethéenne: découvrez les ateliers olfactifs d’Agnès Addey!

    La découverte de l’aromathérapie par le sensible et l’intégration intime de chaque huile essentielle, c’est possible? Pour ma part je dirais que oui… Après avoir participé à la dernière rencontre animée par Agnès Addey, olfactothérapeute, formée à l’aromathérapie goethéenne! J’invite donc chaque visiteur de ce blog à découvrir, ou à prolonger ses connaissances dans les huiles essentielles, lors de son prochain atelier, sur le thème du système immunitaire et du Féminin.


    Atelier d’aromathérapie goethéenne
    Ouvert à tous

    Autour du système immunitaire et du Féminin

    Agnès AddeyAu programme de ce 1er atelier d’aromathérapie goethéenne, nous partirons à la découverte de grandes huiles essentielles alliées du système immunitaire telles que le Ravintsara, quelques Origans, certains Myrtes… Pour nous enchanter également : quelques huiles essentielles reliées au Féminin. Sans oublier notre fil d’Ariane pour ces études : les olfactions guidées et le développement de notre connaissance sensible et intuitive.

    En effet, l’approche sensible, inspirée de la méthode de Goethe, propose une découverte de l’huile essentielle impliquant le sens olfactif. Elle met en avant une rencontre directe avec « l’essence » de la plante par le ressenti. Une olfaction attentive nous fournit des observations fines, elle nous éclaire sur les effets thérapeutiques de l’huile essentielle ; enfin elle nous conduit à une connaissance intuitive de l’être de la plante.

    Durant cet atelier, c’est après une olfaction, ce contact et cette investigation sensibles, que nous étayerons nos propres remarques et ressentis par l’analyse biochimique et que nous aborderons les propriétés de chaque huile essentielle.

    Informations pratiques sur la rencontre

    Cet atelier est animé par Agnès Addey, olfactothérapeute, formée à l’aromathérapie goethéenne.
    Il est ouvert à tous ceux qui souhaitent s’initier à l’aromathérapie goethéene et à la rencontre olfactive des huiles essentielles.
    Jour: le 28 janvier 2012 de 13h à 18h30
    Lieu : métro Nation
    Participation : 55 €.

    Les prochains ateliers auront lieu les: 24 mars, 14 avril et 12 mai 2012!
    Pour confirmer votre présence et pour toutes informations complémentaires (adresse) : agnes.addey@gmail.com

    Récupérez vos graines de courges bio!

    Dans la courge bio, tout est bon. Même les graines! Les graines de courge bio sont comestibles, et excellentes pour la santé. Précieuses amies des régimes végétariens et de la cuisine bio, elles apportent protéines, oligoéléments, bonnes graisses… Inutile de s’en priver! En salade, dans les plats de légumes, les graines de courge bio feront merveilles. Mais comment les récupérer?

    Graines de courges (potimarron)

    Graines de courges (potimarron) © Claudin-Mabire Auriella

    Les courges bio pourraient bien revendiquer la place de reines des produits de saison en hiver. Dès octobre, Colorées et biscornues, elles donnent un air de magie à notre cuisine bio. Cependant, nous ne savons pas toujours tout exploiter de ces légumes plaisir. Leurs graines par exemple, terminent souvent à la poubelle. Elles sont pourtant comestibles et excellentes pour la santé!

    Les graines de courges, bonnes pour la santé?

    Les graines de courges bio sont de précieuses alliées de la santé naturelle. Riches en protéines, elles contiennent aussi de nombreux sels minéraux essentiels comme le magnésium, le fer, le phosphore, le zinc, le cuivre, le potassium, et le calcium. Les vitamines A, B1, B2 sont aussi présentes dans ces petites graines, ainsi que les acides gras insaturés, ces bonnes graisses qui participent au bon fonctionnement des cellules.

    Quelles graines de courges peut-on récupérer?

    Les graines de courges bio achetées en magasin bio sont le plus souvent issues de la variété lady godiva. Elle est dite aussi « courge à huile » car on en extrait une très belle huile verte. Dans ces courges, les graines sont à nues. Cela facilite leur récolte!
    Pourtant, on la trouve rarement sur nos étals. C’est donc de vos courges à soupe, à tarte, et à gratin: butternut, potimarron, citrouille… que vous extrairez vos graines.
    A l’intérieur de ces courges, les graines sont enrobées d’une coque de protection. Cela rend l’opération de récupération un peu plus compliquée mais pas moins intéressante pour autant.

    Mon conseil jardinage : si vous êtes un inconditionnel des graines de courge bio, plantez de préférence cette variété de courge lady godiva. La récolte n’en sera que plus facile!

    Comment récupérer mes graines de courges?

    Etape 1: Lors de la préparation de votre soupe de potimarron ou de votre gratin de butternut, jugez de la taille des graines.
    Si elles sont grosses (1,5cm), évidez avec une grande cuillère l’intérieur de la courge.
    Plongez le contenu dans un saladier plein d’eau.
    Séparez les graines des filaments et ne gardez que les grandes graines épaisses.

    Etape 2

    Étalez-les sur une plaque et laissez-les sécher une nuit.
    Le lendemain, mettez la plaque au four à 170 °c pendant 15 minutes.
    Lorsque les graines de courges sont bien sèches retirez-les du four.

    Etape 3

    Selon votre préférence:

    1. Stockez-les telles quelles dans un endroit sec, et décortiquez-les avec les dents quand vous les mangez
    2. Décortiquez-les immédiatement (une opération fastidieuse et longue )en appuyant avec le pouce et l’index sur la tranche des graines afin qu’elles s’ouvrent. Vous pouvez aussi ouvrir la tranche avec un couteau pointu.

    Armez-vous de courage et de patience: vos papilles en redemanderont!

    BONNE ANNÉE!

    Bonne année à tous!

    BONNE ANNÉE!  ancolie-nouvelle-an-bio-nature

    fleurs violette des Alpes © Flickr/gelinh

    Des tomates en décembre…

    Les tomates ne poussent pas en décembre. Pourtant, elles continuent d’orner nos étalages, grâce à l’importation ou aux cultures sous serres : des pratiques douloureusement énergivores. Comment consommer de la tomate en hiver sans faire fi des cycles naturels ? Pensez à la tomate séchée bio !

    C’est l’hiver. Les plants de tomates ont flétri, et passent la froide saison sous la forme de graines. Exception faite d’un plant de tomate réfractaire, et fructifère, poussant entre les pavés sous un présentoir de journaux gratuits, en bas de chez moi. Un vrai miracle de la nature!
    Mais pas une généralité pour autant. Alors comment consommer la tomate en hiver quand on ne possède pas, comme moi, de plan de tomate Musclor dans son jardin?

    Tomates de décembre poussant sous un présentoir à journaux

    Tomates de décembre © Claudin-Mabire Auriella

    La tomate séchée bio, un produit d’hiver

    Pensez aux tomates séchées bio. Les tomates séchées bio sont une bonne façon de déguster ce légume-fruit d’été en plein hiver. En consommer vous permet de respecter le cycle naturel de la tomate, de ne pas la faire importer et de ne pas en produire sous serres. Deux activités très énergivores, nocives pour la planète.

    Idée recette pour les tomates séchées bio: Tartine provençale au chèvre

    Ingrédients pour 1 tartine

      1 tranche de pain bûcheron bio (au seigle)
      3 tomates séchées bio
      3 morceaux de bûche de chèvre bio
      1 pincée d’herbe de Provence bio
      1 filet d’huile d’olive bio

    Mode d’emploi

    Etape 1

    Déposer sur une tranche de pain les 3 tomates séchées bio.
    Poser dessus les 3 morceaux de bûche de chèvre bio.
    Verser un mince filet d’huile d’olive bio sur la tartine et éparpiller les herbes dessus.

    Etape 2

    Mettre au four à 220 °c pendant 10 minutes.
    Servez encore chaud!

    Astuce maison: Ajouter quelques gouttes bien dosées de vinaigre balsamique sublimera la préparation.

    Mes bougies d’ambiance naturelles : une recette maison facile à suivre!

    Rien de plus apaisant qu’une bougie d’ambiance. Pourtant, la plupart de celles que nous achetons en magasins, sont polluantes et fabriquée avec des dérivés de pétrole. Comment réaliser des bougies d’ambiance naturelles et écologiques facilement? Commençons par une recette facile à suivre de bougie bicolore à la cire d’abeille bio…

    Bougie bicolore naturelle et bio

    Bougie bicolore naturelle © Claudin-Mabire Auriella

    Ingrédient et matériel pour une bougie de 75 ml environ

      Ingrédients bio et nature

    60 g de cire d’abeille bio
    15 g d’acide stéarique
    2 g de mica cuivre

      Matériel

    1 petit fouet (ou 1 fourchette + 1 cuillère)
    1 spatule marise
    1 petit bol
    1 bol chauffant ou une casserole
    1 bouteille d’eau déminéralisée (non obligatoire)

    matériel pour bougie bio et nature

    Matériel pour bougie naturelle © Claudin-Mabire Auriella

    Mon astuce économique: La cire d’abeille bio est relativement chère quand elle est achetée en magasin bio. Allez donc faire un tour du côté des apiculteurs ! Il y a quelques années, j’achetais sur la Butte aux cailles mon kilo de cire d’abeille pour le prix imbattable de… 9 euros!

    Mode d’emploi pour fabriquer une bougie naturelle et bio

    Etape 1

    Préparez une mèche d’un peu plus de la longueur de la bougie (de 2 cm environ).

    Etape 2

    Préparez une casserole à moitié pleine d’eau. Préférez l’eau déminéralisée, cela évite l’accumulation du calcaire pendant la préparation.
    Faites fondre ensemble au bain marie, 30 g de cire d’abeille bio avec 7,5 g d’acide stéarique. Mélangez.
    Ajoutez les 2 g de mica cuivre. Mélangez bien.

    Etape 3

    Plongez pendant 2 minutes la mèche dans le mélange.
    Retirez et façonnez de façon à ce qu’elle soit droite et rigide.
    Passez la plus grande partie de la mèche par le trou du socle en métal.
    Resserez la base à l’aide d’une pince (une paire de ciseau fera l’affaire mais attention à ne pas couper la mèche!). Ajustez la taille si nécessaire.
    Enfin, déposez un peu de cire chaude sur l’envers du socle en métal et collez la mèche ainsi, bien au centre du pot.

    Etape 4

    Faites refondre si nécessaire la préparation. Une fois celle-ci bien liquide, versez-la rapidement dans le pot de façon homogène.
    Commencez à verser au centre. Faites attention à ce que la bougie aille bien partout sur les côtés.
    Laissez sécher à l’air libre jusqu’à ce que la bougie ne soit plus chaude au toucher.

    Mon astuce mèches rebelles: la mèche de la bougie, sous la chaleur risque de se courber. Posez, en transversal du pot, un couteau. Il lui servira de support.

    Etape 5

    Recommencez les étape 2 et 4, sans l’adjonction du mica, pour obtenir la deuxième couleur.
    Soyez rapide lorsque vous versez la deuxième couleur: la chaleur de la préparation risque de faire fondre la première couche de bougie. Les deux couleurs risquent donc de se mélanger.

    bougie naturelle et bio

    Bougie naturelle et bio © Claudin-Mabire Auriella

    Déco tourbillon

    Pour réaliser une décoration sur le haut de la bougie, il vous suffira de mélanger 1 goutte d’huile avec un peu de mica. Vous pourrez ensuite réaliser des motifs avec un fin pinceau. Cette décoration est fragile!

    Astuce nettoyage !

    La cire d’abeille étant particulièrement dure, non grasse et très filmogène, elle accroche tous les supports. Impossible de nettoyer derrière avec une simple éponge et du produit vaisselle! Comment se débarraser des résidus de cire alors?

      Sur les surfaces lisses

    Sur les surfaces lisses comme sur le bol de métal, verser 1 cuillère à soupe d’huile (olive, tournesol…). Faire chauffer au bain marie. Le reste de cire fond sur le support et se mélange à l’huile. Une fois que c’est fait, retirer le bol du feu. A l’aide d’une lingette en papier, retirer l’huile en même temps que la cire. Finir de dégraisser en nettoyant le bol avec du produit vaisselle écologique.

      Pour le petit matériel

    Mettre le matériel dans une casserole d’eau chaude. Quand la cire a fondu les retirer à l’aide d’une pince et les essuyer avec du papier imbibé d’huile. Finir le nettoyage au produit vaisselle.

    1234

    BELLISSIMA COUTURE |
    kaline avon |
    The Blog |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ventes divers
    | PRҼTTY WOMҼN
    | Les plus Grandes Marques de...